Les alternatives aux balles de chasse en plomb

Une comparaison balistique des alliages alternatifs au plomb

Dans certaines zones de chasse, comme les lacs et les marais, l’utilisation de la grenaille de plomb n’est pas autorisée, c’est pourquoi des munitions avec de la grenaille fabriquée à partir d’alliages alternatifs au plomb tels que le cuivre, le tungstène, le fer et le bismuth ont été introduites.

L’utilisation de ces alliages dans la fabrication et le chargement de la grenaille dans les cartouches signifie que les performances balistiques des cartouches varieront considérablement par rapport à celles chargées avec de la grenaille de plomb.

Il est donc essentiel de connaître le comportement des alliages alternatifs afin de pouvoir choisir et comprendre les effets de ces alliages dans différentes situations de chasse.
Vous trouverez ici une comparaison balistique très simple mais intuitive qui vous montrera comment les performances balistiques des billes de fer, de cuivre, de bismuth et de tungstène varient par rapport à celles des billes de plomb en prenant en compte :

  • La portée effective
  • Le poids spécifique
  • La vitesse résiduelle
  • Pénétration des tirs
  • La densité de tir
  • Le transfert d’énergie dynamique du tir

La gamme utile des cartouches de chasse

La distance maximale à laquelle la combinaison du fusil et des munitions est efficace

Techniquement, cette efficacité est obtenue en frappant la proie avec 5 plombs, animés d’une énergie suffisante pour atteindre les cavités primaires internes, endommager les organes importants (poumons, cœur, foie) et maintenir une capacité de fracturation efficace sur le système squelettique.
La portée du fusil est donc la distance à laquelle le tir n’est pas encore trop fin et n’a pas perdu trop de vitesse.

La gamme utile d’alliages alternatifs au plomb

Le tungstène est actuellement l’alliage dont la portée utile est la plus longue. A 50 mètres, son énergie résiduelle est supérieure de 40% à celle du plomb. Le cuivre et le plomb sont parfaitement équivalents.
Le bismuth et le fer, qui, en raison de leurs propriétés physiques, ne permettent pas d’obtenir une gamme utile comparable aux autres matériaux, complètent la liste.

Poids spécifique

Il s’agit d’un paramètre physique indiquant la densité du granulé, généralement exprimé en grammes/cmc. Le poids spécifique donne à la balistique des munitions de fusil de chasse son efficacité, car il influence fortement la conservation de la vitesse et, dans une certaine mesure, la densité du motif.

Dans le cas des pellets de chasse, ce paramètre varie de 7,8 g/cmc pour le fer à environ 18 g/cmc pour les meilleurs alliages de tungstène. Le plomb trempé (avec 2% d’antimoine) a un poids spécifique de 11,16.
Le poids spécifique des alliages alternatifs au plomb

Le tungstène, qui est un mélange de plusieurs métaux, a un poids spécifique plus élevé que tous les autres alliages ; de 12 à 18 g/cmc. Cela signifie que dans des configurations rationnellement conçues, ses performances balistiques seront certainement les meilleures.
Le plomb, compte tenu de son poids spécifique, n’est inférieur qu’au tungstène. Viennent ensuite le cuivre et le bismuth, qui sont pratiquement égaux, et enfin le fer.

La vitesse résiduelle des cartouches de chasse

Dans les cartouches à grenaille, la vitesse initiale varie généralement entre 380 et 445 m/s. La vitesse résiduelle est un paramètre très important qui exprime, à la distance d’impact avec la proie ou la cible, le nombre de m/s restant de la vitesse initiale.

Pour le gibier de taille moyenne, la vitesse résiduelle minimale pour une bonne efficacité avec un tir moyen est d’environ 160/170 m/s.

La vélocité résiduelle des alliages alternatifs au plomb

Comme nous l’avons vu, le tungstène a un poids spécifique plus élevé et est capable de maintenir une énergie résiduelle plus importante sur de longues distances.
De même, le plomb, compte tenu de son poids, a une énergie résiduelle plus élevée que le cuivre, le bismuth et le fer.

La pénétration des cartouches de chasse

Il s’agit de la capacité du tir à percer et à pénétrer les tissus de la proie/cible. Ce paramètre est étroitement lié à plusieurs aspects balistiques : vitesse résiduelle, sphéricité et dureté.

La grenaille en alliage de tungstène est capable de maintenir des vitesses résiduelles élevées et étant très dure et sphérique, créant des rosettes denses et compactes sur de longues distances, elle représente le maximum actuellement disponible à cet égard pour la cartouche à grenaille à canon lisse.
Pénétration d’alliages alternatifs au plomb

Le tungstène s’avère une fois de plus être l’alliage ayant la plus grande capacité à pénétrer la proie. Le plomb et le cuivre sont à égalité et dépassent la capacité de pénétration, dans l’ordre, du bismuth et du fer.

Densité de la rosette des cartouches de chasse

Un paramètre très important, qui exprime la compacité du motif et le niveau de concentration des plans individuels dans celui-ci.

Densité de rosette des alliages de plomb alternatifs

Dans ce cas, les différences ne sont pas si importantes si l’on considère la densité du motif. Le tungstène reste le meilleur alliage, mais si l’on tient compte du plomb, du cuivre et du fer, la densité de la grenaille sera très similaire.
Seul le bismuth entraîne une densité de rosette inférieure à celle des autres alliages les plus courants tels que le plomb, le cuivre et le fer.

Transfert dynamique

Le transfert dynamique fait référence à la dissipation et au transfert d’énergie du projectile, ou dans ce cas des boulettes, vers la proie. Plus la blessure créée par la balle/le projectile est graduelle et profonde, plus le transfert est efficace.
Transfert dynamique d’alliages de plomb alternatifs

En termes de transfert dynamique, le plomb et le tungstène sont comparables. Viennent ensuite le cuivre et le bismuth, tandis que le fer, en raison de ses propriétés physiques, est loin d’atteindre les performances du plomb et du tungstène.
Le coût de la grenaille dans les cartouches de chasse
Il est important de tenir compte de ce facteur, car il nous aidera à la fois lors du rechargement de nos cartouches et lors de l’achat de cartouches commerciales.

La grenaille de tungstène, en raison de la rareté relative de la matière première, est beaucoup plus chère que le fer et le plomb.  Le cuivre et le bismuth coûtent plus cher que le plomb et moins que le tungstène. Cependant, seul le cuivre atteint des performances balistiques similaires à celles du plomb.

Les alternatives aux balles de chasse en plomb
Retour en haut