C’est quoi le tir au pigeon d’argile ?

qu'est ce que le tir au pigeon d'argile

Le tir au pigeon d’argile

Le tir au pigeon d’argile est une activité sportive qui n’est pas toujours suivie en Italie, mais elle trouve un bon nombre de tireurs amateurs, les tireurs du dimanche par exemple, qui fréquentent les stands de tir principalement à la fin de la saison de chasse jusqu’à l’été avant la nouvelle ouverture ; ce sont des chasseurs qui se maintiennent en entraînement avec le tir au pigeon d’argile pendant toute la période de silence de la chasse.

Alors que pour les véritables passionnés et compétiteurs, il ne s’agit pas d’un intermède à la monotonie hebdomadaire, mais d’un exercice physique et mental continu.

La constance est le mot qui revient le plus souvent dans ce sport, car c’est la constance qui vous permettra d’obtenir des résultats extraordinaires en participant aux différentes compétitions, quelle que soit la discipline, car la constance pour atteindre la cible de l’argile et la fumer est le résultat d’une préparation athlétique constante.

Un entraînement constant est la base d’une discipline et d’un dévouement forts qui sont, par conséquent, le résultat d’une longue préparation et d’un long entraînement, ce qui est également important pour maintenir une concentration constante pendant les compétitions qui peuvent durer des jours entiers ou des week-ends.

Toutes les disciplines et particularités

Chaque discipline exige que vous connaissiez et compreniez chaque action simple à effectuer sur la piste, quelle qu’elle soit. Il s’agira d’une formation dans la formation, et pour chacune des disciplines, nous verrons brièvement pourquoi.

En ce qui concerne le Trap ou Fosse olympique, peut-être la discipline la plus ancienne et la plus connue, elle est caractérisée par 5 plates-formes, chacune d’entre elles disposant de 3 machines de lancement de pigeons d’argile avec des lancers et des paraboles différents, de sorte que le tireur ne peut pas viser précisément et à l’avance le pigeon d’argile, ne sachant pas de quelle machine il partira.

La difficulté est de devoir prendre en compte les trois éléments principaux, à savoir la trajectoire, la direction et la hauteur, même s’il connaît l’heure de sortie de la machine.

Le skeet, quant à lui, comporte 8 plates-formes disposées en demi-cercle avec 2 lanceurs de skeet à chaque extrémité, pull à gauche et mark à droite. Vous disposez de 2 tirs sur les plaques simples et d’un tir chacun sur les 2 plaques doubles. Vous commencez en étant accroupi, mais vous connaissez la hauteur et la direction des différents jets sur les différentes plates-formes et vous orientez les barils vers les différentes directions des plats.

Les difficultés seront dues à la variabilité des temps de déclenchement, de 0 à 3 secondes, mais aussi au changement continu de plateforme qui vous obligera à tirer sous différents angles, directions et distances.

Le double trap est une discipline plus jeune et plus excitante, mais difficile pour les débutants comme pour les tireurs plus expérimentés. Cette méthode est très similaire au piège, mais elle en diffère par le fait que deux plaques sont lancées au lieu d’une seule.

Il y aura toujours 3 lanceurs sur chaque plate-forme, à une distance de 10 m, et la combinaison des 2 plateaux sera déterminée selon un programme choisi à l’avance, avec des angles de 30° sur l’horizon et des hauteurs variant de 3 à 3,5 m.

Mais la discipline qui prend de l’ampleur au niveau international est le parcours sportif ou parcours de chasse. Ici, vous tirez sur des pigeons d’argile qui simulent le vol, la course et la trajectoire de divers animaux sauvages. En fait, les méthodes de tir sont très proches de la chasse.

Il existe deux formes de sport, le sport itinérant, où les différents postes de tir sont dispersés dans un cadre plus ou moins naturel, où les tireurs se déplacent d’une plateforme à l’autre, ou le Compak, qui se déroule dans un champ similaire à celui du Trap, avec les 5 plateformes habituelles et les différentes machines de tir placées tout autour pour simuler le vol de différents animaux sauvages avec différents angles et trajectoires.

Le tir sportif dans l’une ou l’autre des deux variantes peut être une discipline idéale pour les chasseurs novices qui découvrent la carabine et le tir au pigeon, mais un entraînement hors saison pour les chasseurs.

Quelle que soit la discipline que vous voulez essayer, même si vous êtes un bon tireur et un bon chasseur, par exemple, le tir sur plate-forme est très différent de la chasse, et en fin de compte, vous devrez consacrer plusieurs heures et plusieurs jours à vous entraîner et à vous familiariser avec l’arme que vous voulez utiliser, en supposant que le fusil que vous choisissez possède les caractéristiques appropriées à votre constitution physique et à votre façon de tirer.

En fait, la partie la plus importante de notre fusil, la crosse, doit s’adapter parfaitement à notre épaule. Cela peut nécessiter les services d’un bon stockeur ou l’achat d’un stock réglable.

Trouver la bonne posture

La première étape après avoir cousu notre arme est de trouver la bonne posture et position sur la plateforme, car c’est la position qui est fondamentale et qui rend naturel le fait de viser la cible en mouvement, donc la première étape est dans les pieds, pied gauche en avant et pied droit en arrière pour les droitiers et vice versa pour les gauchers.

Comme déjà mentionné par Federica et Gianluca dans leur article sur comment viser au pigeon d’argile, la position des pieds change en fonction de l’angle du pigeon d’argile car nous devons suivre la torsion du torse avec le maximum d’harmonie et sans la forcer, ce qui nous déséquilibrerait au moment d’appuyer sur la gâchette et ensuite le recul, nous faisant partir en arrière et ne pas atteindre la cible et ne pas pouvoir doubler le tir, par exemple.

La position correcte facilite donc la rotation du torse, ce qui permet d’atteindre des cibles même légèrement plus inclinées.

La stabilité et l’équilibre doivent être au maximum pour pouvoir intercepter la plaque sans incertitude avec un mouvement fluide du corps et des bras pour amener l’avance sur la plaque au bon angle et appuyer sur la détente. Il faut ensuite identifier et suivre la cible et enfin, avec un mouvement fluide, sans incertitudes ni à-coups, anticiper et toucher.

Entraîner le corps et l’esprit

Pour briser la cible en mouvement, il faut viser devant, au-dessus ou en dessous, en fonction de l’angle et de la distance du pigeon d’argile, afin de compenser le retard de la charge. Le calcul est mathématique, évaluant la distance, la vitesse et l’angle, mais le résultat est toujours donné par l’expérience et donc par la multitude de pigeons d’argile tirés, qu’ils soient réussis ou non, et par l’instinct, qui calcule en fonction des besoins.

Tout cela identifie le tir au pigeon d’argile comme un sport fatigant, tant physiquement que mentalement, car il est important de rester concentré pendant de longues périodes de temps pendant la journée ou les jours de pratique et sans une bonne et correcte forme physique, la fatigue diminuera non seulement les forces pour faire face à une nouvelle série, donc toujours maintenir une position correcte sur la plate-forme et avec l’arme en main, supporter le poids du fusil et contrer le recul, mais aussi la concentration qui est fondamentalement un effort physique indirect tout en diminuant les réflexes et l’instinct.

Dans cette optique, il est important de ne pas sous-estimer l’effort physique requis et donc de combiner l’entraînement au stand de tir avec des activités sportives qui augmentent puis entretiennent la résistance physique et musculaire.

Si l’on part du principe qu’une musculature tonique développée en salle de sport améliore les performances athlétiques dans tous les sports, il est facile de comprendre qu’en matière de tir au pigeon d’argile, cela a une signification très importante. En effet, en levant le fusil, vous ne devez pas vous sentir fatigué à la fin de la journée ; notre arme pèse en moyenne de 3,6 à 3,8 kg.

Les jambes sont soumises à une plus grande tension tout au long de la compétition et de la journée, et de la même manière, les muscles du tronc devront suivre chaque plaque. Il est donc important d’avoir un contrôle maximal des muscles et la salle de sport peut aider dans cette phase : des exercices tels que le step, le tapis roulant et les pompes permettent de détendre les muscles.

En tant que sport aérobique, la course à pied est l’un des plus faciles à pratiquer, vous pouvez être en plein air et cela ne prend que 50 minutes à une heure et cela vous permettra d’avoir une forme physique tonique et constante. Dans tous les cas, la course à pied, en tant que sport qui utilise le métabolisme aérobique, vous permet d’avoir un état de bien-être général avec des conséquences positives sur votre humeur. Mais même deux séances de natation par semaine peuvent apporter une amélioration saine de notre forme physique.

En plus de l’entraînement athlétique, le tir nécessite la maîtrise d’un geste athlétique important, c’est-à-dire la torsion et la fluidité du haut du corps dans le mouvement avec la carabine et la détermination à le réaliser.

On peut commencer par des répétitions d’abdominaux et d’abdominaux obliques, des torsions du torse avec le bâton : on peut facilement les faire à la maison, en réalisant des exercices qui se concentrent sur tous les muscles de notre corps, mais la possibilité d’aller à la salle de sport aiderait davantage notre entraînement musculaire étant donné la disponibilité de différentes machines et avec l’aide de l’instructeur on pourrait concentrer nos efforts sur les muscles qui nous intéressent le plus.

Un autre aspect à prendre en compte concerne l’équilibre et donc la proprioception, c’est-à-dire l’ensemble des fonctions destinées à contrôler la position et le mouvement du corps, sur la base des informations détectées par des récepteurs périphériques appelés propriocepteurs.

Ces informations sont formulées dans des réflexes spinaux visant à préserver une posture correcte et à faire face à la force de gravité. Un élément à ne pas sous-estimer car une posture parfaite sur la piste et un équilibre parfait dans le mouvement en suivant une trajectoire avec la carabine peuvent être mieux contrôlés si ces deux caractéristiques sont entraînées avec considération.

Tout cela est nécessaire car les plaques sont brisées en suivant la cible, en faisant tourner le torse et en amenant automatiquement les canons des fusils devant la cible au bon moment.

Ils peuvent également avoir des trajectoires qui se situent hors de notre champ de vision et qui nécessiteront des rotations plus importantes et plus prononcées du torse. La position de nos jambes doit donc être correcte pour nous permettre de suivre la cible en faisant facilement pivoter notre torse, sinon nous suivrons la cible uniquement à l’aide de nos bras, perdant ainsi l’équilibre et la position idéale et ayant un alignement incorrect lors du tir.

Mais la tête doit aussi avoir la bonne position sur la crosse, elle doit être droite et ne doit pas s’incliner pour que l’œil soit parfaitement aligné avec la côte, car une petite inclinaison entraînera une mauvaise direction du point de visée et la position réelle des canons. D’autre part, si vous tirez avec la tête levée de la crosse, vous tirerez très bas sur la plaque.

Bien gérer votre respiration

Outre la forme physique, la respiration est un autre élément très important.

Beaucoup de tireurs sont conscients du contrôle de la respiration, beaucoup moins que d’autres fondamentaux. Elle améliore les performances en augmentant l’apport d’oxygène dans le sang, réduit la pression sanguine, le rythme cardiaque et diminue l’anxiété, mais dans tous les sports, il est important d’apprendre à respirer plus profondément et plus lentement, environ 6 ou 7 respirations normales par minute.

À cette fin, le tireur doit apprendre la respiration diaphragmatique. Il faut le pratiquer tous les jours, comme un exercice de concentration et de relaxation, jusqu’à ce que vous maîtrisiez l’action.

Comme pour l’entraînement technique, il est préférable de se concentrer sur l’entraînement mental. Les compétences mentales à développer le plus sont diverses et comprennent : la fixation d’objectifs et la planification, qui peuvent être des entraînements quotidiens, tant physiques que mentaux ; le contrôle de l’anxiété ; et les compétences de visualisation.

Entraînement à la prise en main et au maniement du fusil

Sur la piste, il est important d’améliorer sa prise en main et sa technique de frappe à la carabine, souvent négligée mais qui détermine la parfaite réalisation de votre tir.

En effet, la façon correcte d’armer le fusil, parfaitement positionné sur l’épaule dans le trap, en alignant complètement l’œil sur la côte et en dirigeant les canons sans faire trop de mouvements, mais avec fluidité et douceur, nous fera comprendre que nous avons affaire à un point et non à un zéro.

Dans ce cas, se familiariser avec notre arme, même à la maison en blanc ou avant les entraînements ou la compétition, nous permettra toujours d’être le plus naturel possible.

Tirez avec les deux yeux

Un autre aspect à prendre en compte est l’habitude d’abord et le naturel ensuite, de photographier avec les deux yeux ouverts, car nos perceptions visuelles sont des informations collectées par nos yeux et traitées par le cerveau, il nous donnera donc la bonne réalité de ce que nos yeux perçoivent.

Notre œil dominant sera aligné sur la cible, tandis que l’autre œil regardera la cible et détectera son espace, sa vitesse et sa trajectoire. Avec un seul œil ouvert, nous verrons plus tard les assiettes jetées à gauche, à droite pour les gauchers, et nous perdrons cette information que l’œil ouvert ne peut recueillir pour donner la bonne avance.

Pour ceux qui trouvent cela difficile, une autre option serait de suivre le pigeon d’argile avec les deux yeux pour capter toutes les informations puis, au moment du tir, de fermer l’œil gauche.

Trouver la cartouche qui vous convient

En effet, chaque cartouche, qu’elle soit de la même marque ou de marques différentes, aura une vitesse initiale et une vitesse initiale différentes. Une fois que l’on a pris le coup de main et que l’on a compris le timing de cette cartouche particulière, le fait de la changer pendant l’entraînement et à court terme pour une future compétition sera un inconvénient pour nous.

La vitesse est très importante en termes de temps de réaction du tireur et de l’avance correspondante qui est donnée à la cible. Cela est dû au fait que les plombs lancés à une certaine vitesse perdent cette vitesse au fur et à mesure que la distance augmente et avec elle l’énergie des plombs qui leur permettra de briser la plaque, et à une longue distance la même chose devra être atteinte par un plus grand nombre de plombs et ayant la possibilité du deuxième tir la distance sera plus grande et aux limites de la portée balistique.

Le plus important, que vous soyez un néophyte ou un tireur expérimenté, est de choisir une cartouche de bonne qualité avec d’excellentes performances balistiques afin d’assurer la rupture des plaques.

Choisissez votre régime alimentaire avec soin, surtout les jours de match

Les jours de compétition, vous devez être chargé en énergie, mais en même temps vous ne devez pas être alourdi par de longues digestions.

Le petit-déjeuner est le repas le plus important pour un athlète, celui qui doit contenir une bonne dose de glucides, de protéines et de graisses. Les bons produits seraient le café, le miel, le thé ou le cappuccino, les tartes, les céréales et le pain, les biscottes et les confitures ; les snacks et les croissants sont à éviter.

Une dose de fruits secs est également conseillée : amandes, noix, noisettes et autres, importants pour leur source de « bonnes » graisses et d’énergie !

Pendant et après les séries, buvez des boissons, notamment des boissons énergisantes, des boissons sucrées et des boissons riches en minéraux, mais jamais de boissons gazeuses.

Après la série, préférez les glucides complexes comme les pâtes et le pain, accompagnés de petites doses de protéines, comme les viandes en tranches ou les poissons maigres, afin de ne pas prolonger la digestion de plusieurs heures.

Mettez votre confiance entre les mains de professionnels

Si vous souhaitez vous améliorer sur la piste et si vous voulez participer à des exercices de tir ou à des compétitions amateurs, il serait bon de vous mettre entre les mains d’un instructeur ou de rejoindre une école de tir.

Ils fourniront au tireur le support technique idéal pour affiner sa technique et améliorer chaque nuance, depuis le moment où il pose le pied sur la plate-forme jusqu’à celui où il appuie sur la gâchette.

Son support interagira également avec le tireur à tout moment de la journée sur le champ de tir et en dehors. Comme nous l’avons vu plus haut, grâce à leur expertise et à leur expérience, ils recommanderont un programme d’entraînement et une alimentation correcte, ainsi qu’une préparation physique et psychologique adéquate, afin de maintenir la concentration tout au long de la compétition.

Avec leur aide, tous les différents éléments vus individuellement ci-dessus seront axés sur le développement de l’entraînement et les différentes techniques de base pour entrer sur la piste.

Avec l’aide et le soutien sur le terrain avec le fusil en main et les plaques à casser, ils nous expliqueront si et comment nous faisons des erreurs et comment nous pouvons résoudre tous les différents problèmes et affiner notre technique. Ce sera une étape importante de notre éclosion et l’humilité de le comprendre sera un pas en avant pour notre estime de soi.

Le mot de l’expert

Étant donné les difficultés intrinsèques de ce sport, qui en englobe tant d’autres pour optimiser les performances physiques, psychologiques et techniques, nous avons demandé à Davide de Carolis, showman des armes à feu et témoin de 2 des marques les plus importantes en Italie et dans le monde, quel type d’entraînement il fait.

Sa réponse polie a été :

« Au début, je ne faisais aucune sorte d’entraînement en salle, mais je me concentrais principalement sur l’affinage et le perfectionnement de ma technique de tir. Mais maintenant que mes projets d’avenir sont devenus beaucoup plus complexes au fil du temps, j’ai dû intégrer un régime alimentaire plus adapté et inclure la gym et beaucoup d’étirements.

Personnellement, je ne fais pas de cardio-training, mais seulement parce que chaque tireur doit développer sa propre méthode d’entraînement. Mais ce qui compte le plus, c’est de tirer et de tirer encore, car l’amélioration s’obtient par une pratique continue et aussi par des séances de tir longues et difficiles. »

C’est quoi le tir au pigeon d’argile ?
Retour en haut